=FOLKLORE & IMMOBILISME=
=La blague du 1er mai=

Trouvé sur Internet

Les appels au 1er mai à Paris sur l’Elysée ont été relayés sur la toile par les initiateurs du « No sarkozy Day », l’auteur du livre «  »CASSE-TOI POV’CON! » » et sur fesses de bouc, avec co-voiturages organisés, des groupes formés « comptant plusieurs centaines de membres ». Mais au delà de cette marche, les sampiternels groupes divers y vont aussi de leur marche annuelle, en appelant plus ou moins à « s’organiser », se « révolter », se « bouger ».

Le résultat de ce 1er mai 2011 ? un sentiment de grosse blague teintée de résignation ambiante.

  Comparaison. Dans le milieu Freetekno des raves, une scission lente mais inexorable a partagé ce jeune mouvement alternatif cyberpunk en deux entités distinctes: les plus « conservateurs » & « puristes » restant dans une certaine forme de clandestinité, et une frange, ne voulant pas risquer trop gros (en amendes, en matériel et autres frais de justice), qui s’est rapprochée des autorités pour pouvoir organiser une à deux dates autorisées et supervisées par l’état généreux qui octroie pour l’occasion un bout de terre pour que ces « teufeurs » puissent « faire perdurer le mouvement underground freetekno » … une zone leur est allouée, entourées de gendarmes, avec des restrictions horaires d’extinction musicale que tous semblent accepter, une orientation de façades formatée, pour que tous puissent exposer fièrement les plus gros amas de matériel, sans risques.

C’est à cette comparaison en tête que nous sommes revenus de Paris pour cette « journée des luttes », « journée du peuple », « fête du travail »: le pouvoir donne un os à ronger au peuple, un jour dans l’année où il est « permis de lutter » et se manifester dans la joie et la bonne humeur. Le premier mai, c’est la kermesse de la lutte des classes, bien en rangs deux par deux.

Facebook & pantoufles
Où sont donc passés les révolutionnaires, toutes ces personnes prêtes à se bouger pour nos droits et leurs devoirs ? Où sont passés tous les fessbouqueux pressés d’en finir avec l’Oligarchie ?

Cela me fait penser à cette vidéo , qui se résumera comme ça: facebook, c’est du flan, et les pseudos-révolutionnaires invisibles y sont légion. Mais aussi qu’au final, c’est un « réseau social » pour les pantouflards. Gueuler derrière son clavier et s’offusquer devant son écran, c’est faisable, mais sortir de chez soi avec une pancarte (faut pas trop en demander non plus) c’est déjà trop.

Pourquoi ?

Serait-ce toujours cet esprit franchouillard merdique, du moins dans son côté le plus détestable: nous sommes tous le Con de quelqu’un, tout le monde se tire dans les pattes, tout le monde casse du sucre sur l’autre. Au lieu de se rassembler -même temporairement- sous des bannières communes, en laissant nos différences de côté, puisque nous sommes tous différents, « uniques » de part notre éducation et nos parcours différents.

Que l’on refuse de défiler avec le front national, soit, c’est évident; mais au delà, pourquoi tous semblent se cracher à la gueule ?

Dans le cas présent, deux jeunes à l’origine du « No Sarkozy Day » et fondateurs de « l’Onde Violette » ont lancé un appel, assez fédérateur, dans le contexte ambiant de 2011. Avec le ras-le-bol quasi généralisé de sarkoland, et les différents secteurs de luttes qui sembl(ai)ent tous d’accord sur la nécessité de passer à autre chose, pourquoi se focaliser sur d’éventuelles maladresses de communication, de moyens (fesses bouc) utilisés. Même si en effet c’est discutable, à tout point de vue, n’y a t’il pas mérite à donner de l’énergie pour que ça se fasse ?!

Un réseau de presse indépendante, ayant déjà vomi de la merde sur le présent relai informatif (et relayé par d’autres sites), s’en prend aux deux compères pour plusieurs raisons qui sont les leurs, mais revenons sur une manie qu’ont certains auteurs d’articles limites, qui est d’associer des gens à des idées, par amalgames discutables: en effet, si je dis que le ciel est bleu et que par malheur un sympathisant d’extrême droite faisait de même, il y aurait un abruti pour faire un papier sur ce dangereux rapprochement des idées. Mais ça marche pour tout, pas seulement en politique. La pensée unique, l’auto-censure induite, la peur du paraitre (…). Tout ceci s’apparente à une sorte de dictature de la pensée, surtout quand certains appellent publiquement à utiliser la force pour « les sortir de la manif », (en parlant des organisateurs? des sympathisans ? des relayeurs ?). Cela s’apparente bizarrement à un acte « faschisant », n’est il pas ? (mot bien galvaudé à la mode en 2011, qui pourra donner lieu à un futur article)

Bien sûr tout le monde n’a pas le loisir de monter sur Paris un jour donné, on peut pas en vouloir aux gens de pas monter en masse, ils se déplaceront déjà si émeutes de la faim il y a. Mais que personne ne sorte plus, hormis les redondants syndicats et autres partis d’opposition, hormis certains sympathisants à des causes de pays étrangers, cela montre la réalité du paradoxe entre ceux qui veulent et ceux qui font.

Tout ceci conduit à une conclusion évidente:

le système fait bien son boulot, pour diviser les gens, les « tendances », les mouvements, les courants de pensées.

«Diviser pour mieux régner» n’a jamais été aussi bien imagé en france. Et sûrement ailleurs, mais ici on a des champions.

« Le premier secret pour diriger les hommes et être maître de l’opinion publique est de semer la discorde, le doute et de créer des points de vue opposés, le temps nécessaire pour que les hommes, perdus dans cette confusion, ne s’y retrouvent plus et soient persuadés qu’il est préférable de ne pas avoir d’opinion personnelle quand il s’agit des affaires d’Etat. »
Adam Weishaupt extrait du « nouveau testament de Satan »

« En politique et en sociologie, diviser pour régner est une stratégie gagnante visant à réduire des concentrations de pouvoir en éléments qui, pris individuellement, ont moins de puissance que celui qui implémente la stratégie »

1er mai 2011 en carton…

Chômage de masse, licenciements économiques, allocations de retour à l’emploi pour les plus chanceux, allocations spécifiques de solidarité, RSA, ….
Retraites à 70 ans, voire 75 ans, DESS et doctorats sans emplois, smic à 8,77€ (yes, on y arrive !!) expériences et diplômes exigés, bagnole obligatoire, et ta carte de membre, tu y penses ????
Adopi, lopssi 1, 2, 3… lois Mariani (CONNNNARRRRDD et ENCUUUUULLLLE!!!), diminutions des subventions en faveur des associations, logements insalubres, reconductions à la frontière, centres de rétentions,
… et bien je pensais dans mon petit crâne de piaf qu’il y avait de quoi s’offusquer contre ce système actuel du plus fort et surtout du plus riche… Quoi que l’un ne va pas sans l’autre. Mais apparemment, les français n’ont pas cette vision. « Le 1er mai, et pourquoi faire ?
Nous on veut bien, mais pas dans notre jardin, peut-être dans celui du voisin ???? ».

Finalement la France est fière de ses acquis, mais râleuse comme elle est, elle est se permet de juger sur certains sites les pauvres Gentils Organisateurs qui tentent de faire bouger les choses.

…. Que c’est facile de critiquer et déplacer des montagnes derrière son PC avec son verre de vin bio acheté dans le supermarché de la zone industrielle du coin, en pantoufles hermès tant qu’à faire.
C’est sûr que dans ces conditions il est facile de lever le poing.
Continuez comme cela, vous êtes sur la bonne voie,… qui nous mènera au mur… Malheureusement ce ne sera pas un mur de son, puisque ce délire, ça fait longtemps qu’il a été exterminé, ou du moins mis en boîte, et c’est peu de le dire

En attendant t’as du carton ???**

Ah non, par le Net on ne peut pas encore se transmettre des objets, mais d’ici peu, la zone 51 nous le permettra…. Sauf pour du shit. Finalement, la visite dans la bonne vieille banlieue reste encore la meilleure soluce… Ne changeons rien.

Mon dieu, pauvre France…
=C=

VOIR LES PHOTOS SUR A.E >
http://activeast.free.fr/1er_mai2011.htm

Advertisements