medecine-groove-trio-logoLe groupe de Rock Anarchiste Medicine Groove trio vient de sortir son 1er Album « for Anarchism and Indigenous Resistance » (« Pour une Résistance anarchiste et Indigène ») en auto production. La musique de Medicine Groove est un mélange de Rock, Chants traditionnels Sioux et textes subversifs en Anglais. Le concept du groupe est indissociable de l’histoire personnelle du leader auprès des indiens Sioux Lakota (véritable nom des Sioux) parmi lesquels au fil de ses séjours il a été « adopté » et avec lesquels il a appris leur façon de chanter ainsi que leur langue.

medecine-groove-trioLes thèmes des morceaux décrivent aussi bien l’état des réserves indiennes aujourd’hui que le parallèle avec l’attitude des gouvernements mondiaux envers les pauvres. L’association Anarchisme et Résistance Autochtone découle de la vision de Noam Chomsky et d’Howard Zinn sur l’avenir de l’Anarchisme.

“La constitution a été écrite par les riches, qui établirent un gouvernement pour protéger leur propriété.”

“Les pères fondateur de cette nation n’étaient pas seulement des organisateurs intelligents d’une nation nouvelle, mais ils étaient également des blancs, propriétaires d’esclaves, des marchands, des actionnaires, qui avaient peur d’une rébellion de la classe inférieure ou comme le disait James Madison: ‘d’une division égale de la propriété’ “.

“Mes héros furent les fermiers de la rebellion de Shay, les abolitionnistes noirs qui violèrent la loi pour libérer leurs frères et sœurs, les gens qui ont été jetés en prison pour s’être opposés à la 1ère guerre mondiale, les ouvriers qui se mirent en grève contre de puissantes corporations, défiant la police et les milices patronales, les vétérans de la guerre du Vietnam qui s’opposèrent directement à la guerre, aux femmes qui demandèrent l’égalité dans tous les aspects de la vie.”

– Howard Zinn –

Source : https://resistance71.wordpress.com

LE POURQUOI DU COMMENT

usa-dakota-du-sudTout a commencé en 2002 par une correspondance avec des prisonniers Lakota Sioux du Pénitencier de Sioux Falls (Dakota du Sud), une amitié qui se développe avec l’un d’entre eux, une invitation à participer aux cérémonies en prison, et un séjour sur la réserve de Rosebud, au sein de la famille Thin Elk.

Dés lors, c’est régulièrement que Jean Michel Wizenne allait être témoins de tout ce qu’implique la vie quotidienne sur une réserve indienne, ainsi que le sort réservé aux prisonniers Natifs Américains.

« Parle de nous les prisonniers ! Raconte l’histoire ! C’est le seul moment ou nous existons ! »

medecine-groove-trio2C’est après qu’ un jeune détenu de la prison de Sioux Falls ait crié cette phrase que la décision de fonder Medicine Groove Trio fut prise.

Aujourd’hui, entre concerts et conférences, JM Wizenne est le co-auteur d’un documentaire dont le tournage a débuté en juillet 2011 avec le réalisateur Américain, Mark Daniels.

« Je ne suis le porte parole de personne, c’est simplement en tant qu’homme que je témoigne de ce que j’ai vécu et de ce que je vis »

Jean – Michel Wizenne


Activeast
Cette configuration (le chant en anglais ainsi qu’un attachement à l’Amérique du nord) me fait te poser cette première question : vous êtes français, dans le groupe ?

Jean-Michel Wizenne : Nous sommes tous les trois Français en effet. Le batteur et le bassiste sont métisses et ont tous les deux un père de Martinique, quant a moi je suis ne a Marseille avec des grands parents venant d’Espagne, de Corse et d’Italie. A noter que j’ai un casier judiciaire vierge, ce qui aux vues de tout ça constitue un score, tu l’admettras…

Selon les stéréotypes, en effet ! Peux-tu nous dire comment tu en es arrivé à développer une correspondance avec un détenu amérindien d’une prison américaine ?

Dans les années 98,99, j’avais commencé l’étude de l’histoire des peuples d’indiens d’Amérique du nord en ingurgitant à peu prés tous les livres et divers ouvrages sur lesquels je mettais la main. En 2000, lors de mon déménagement à Paris, j’ai eu pour premier job dans la musique, un contrat pour faire la bande-son d’un documentaire sur les rodéos indiens. C’est lors d’une entrevue dans les bureaux de la production que j’ai rencontré un musicien parisien qui avait une longue histoire avec des Indiens Sioux Lakota de la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud). Nous nous sommes naturellement lié d’amitié, et j’ai considéré cette rencontre comme assez originale pour être un signe qui me disait d’approfondir mes recherches sur la tribu des Lakotas Sioux. Ensuite c’est en essayant de trouver un moyen d’entrer moi-même en contact direct avec eux, que j’ai trouvé un site web dont le but était de mettre en contact des prisonniers natifs Américains incarcérés aux USA avec des correspondants tout autour du monde.

J’ai donc commencé une correspondance avec 4 détenus de la tribu Lakota, et avec l’un d’entre eux une amitié profonde s’est développée, ce qui m’a emmené à lui rendre visite en prison, 2 ans après le début de notre correspondance.

Pour la petite histoire, aujourd’hui ce site n’existe plus, et c’est avec l’association que j’ai fonde (Oiseau Tonnerre) que nous avons repris le flambeau de la mise en relation de détenus avec des gens de l’extérieur.

J’imagine que vous étiez déjà musiciens, quand tu as décidé de fonder Medicine Groove Trio pour porter la voix des natifs américains et de leur condition ?

Oui en effet depuis longtemps. D’ailleurs cette formule du groupe est tout à fait récente. J’ai tout d’abord œuvré en duo + Électronique, puis en suite en quintet, et finalement dans la formule qui me seyait le plus c’est-à-dire le trio. Le bassiste actuel n’est avec nous que depuis l’enregistrement du premier album officiel, il y a 1 mois. A noter qu’ il a été bassiste du groupe Trust dans la période 1996 – 2000. Le batteur lui, vient d’un groupe de Métal.

En  ce qui concerne le message et comme je le dit a l’occasion de chaque concert ou interview, je ne suis le porte parole de personne mais c’est simplement en tant qu’homme que je témoigne de ce que j’ai vécu et de ce que je vis régulièrement sur la réserve de Rosebud, au sein de la famille qui m’a accepté et « adoptée ».

Où en est le documentaire ? Je suis sûr que beaucoup seront, comme moi, intéressés par le sujet.

Le Documentaire dont nous avions commence le tournage en juillet 2011 sur la réserve de Rosebud n’a pas encore trouve de diffuseur assez « décidé » on va dire, pour nous permettre d’avoir les moyens financier de finir le tournage. Mais après 2 années de silence, nous venons d’avoir une piste assez intéressante d’un diffuseur Américain. Nous sommes actuellement en pourparler.

Une tournée et des dates déjà prévues ?

En ce qui concerne les concerts, nous sommes en priorité en ce moment dans les démarches auprès de labels indépendants ou distributeurs, mais les concerts ne vont pas tarder a reprendre. Il faut juste un minimum de mise en place et de planification juste après un album, afin d’en optimiser la diffusion.

Mais il est vrai qu’en ce qui concerne les trois musiciens du groupe, l’impatience de la scène se fait rapidement sentir, et je peux te dire qu’il ne se passera pas beaucoup de temps avant que l’on joue.

Et bien je serai content de vous écouter quand vous passerez dans le coin, car l’album est vraiment bon. J’aime particulièrement la touche ethnique qui en ressort. Je te remercie, JM, et vous souhaite le meilleur pour la suite.


En lien, pour aller plus loin :

pirate-artivisme-ae

Publicités