confusion
Qui n’est jamais tombé sur cette formule, au détour d’une conversation sur internet, ou dans la vie réelle ? Cette expression est l’apanage de l’extrême gauche et s’adresse invariablement à quelqu’un qui soutiendra un discours hors du cadre dogmatique de l’antifasciste présent.

Pour y avoir été mêlé plusieurs fois, j’en dégage cette tentative de définition et ces remarques :

Précision : je ne vais pas expliquer le terme étymologiquement (c’est à dire lui donner le sens que le mot sous-entend à priori, en l’occurrence, la confusion), mais tenter de l’expliquer du point de vue de ceux qui l’emploient.. de manière confuse. Le pire dans tout ça, c’est que je risque de perdre le lecteur, d’entretenir.. la confusion ! Arrg

Le discours antifasciste en appelle au « confusionnisme » quand le discours tenu en face fait appel à des notions, des connaissances qui n’ont pas été étudiées par eux, quand ils perdent pied face à quelque chose qu’ils ignorent. Dans ce cas, c’est leur propre lacune de connaissances d’un sujet qui les pousse à qualifier l’opposant de « confusionniste ». C’est un réflexe de défense.

Par ailleurs, le discours antifasciste pourra invoquer le « confusionnisme » de manière consciente et calculée, quand le discours d’en face sera identifié comme contraire à l’élan révolutionnaire mondial (mondialisme-internationalisme, athéisme laïcard exacerbé et militant, communisme-socialisme, antiracisme-droit de l’hommisme-immigrationnisme, …*) ;

Par exemple, un anti européen sera qualifié de nationaliste, et souvent finira en reductio ad hitlerum. Ou encore, dire que l’immigration, dans le cadre de notre système actuel, sert le patronat par le dumping social, et sert des volontés plus obscures de métissage orchestré, sera assimilé à du racisme et plus.

plusieurs aspects pour une realite

En gros, ils crieront au confusionnisme à tous ceux qui verront autre chose que le « B ». Tu pourras toujours essayer d’expliquer la réalité du « E » et du « G », tu seras au mieux un « confusionniste », sinon (le choix est large) un « facho », un « nazi » (tout le monde aura compris).

Le confusionnisme sera invoqué si je me permets de dire qu’une personne, qualifiée d’ « opposant politique » dit quelque chose de juste. Peu importe que je sois en désaccord avec 99% du reste de son discours : pour l’antifasciste con-con-fusion, je serai un « confusionniste » car j’ai déclaré être en accord avec 1% du discours d’un opposant.

C’est là de l’extrémisme intellectuel, qui ne laisse pas la place au débat, au point de vue différend. C’est grave, car on ne peut prétendre être dans le vrai si l’on a pas une connaissance absolue, pleine et entière de la réalité (appelons-la Vérité, ici). Or, pour l’atteindre, il faut avoir multiplié les points de vues différents qui permettent d’embrasser la réalité sous tous ses aspects, pour tendre vers la Vérité (c’est à dire la somme de réalités différentes et/ou contradictoires)

(Sur ce sujet j’avais tenté un A propos de la Réalité) (autre blog du réseau)

Je ne prétends pas, ici, détenir cette Vérité ! Bien malin qui pourrait le faire sans passer pour un con ; car penser tout savoir est une impasse intellectuelle. Pour ma part, j’ai déjà maintes fois ressenti ce « Plus j’en sais, moins j’en sais » face à l’énormité de la masse du savoir disponible (et ce même malgré les autodafés et censures historiques diverses).

Mais je travaille à étudier les problèmes sous différents aspects, en écoutant et en essayant de comprendre de manière la plus détachée possible les différents points de vues sur chaque sujet, donnés par Pierre, Isaac ou Youssef. J’essaie de me placer « au dessus de la mêlée » idéologique, en quelque sorte.

C’est d’ailleurs à double tranchant, car je quitte la sécurité d’un parti-pris, avec les soutiens idéologiques de la masse qui le composent, pour me retrouver « le cul entre deux chaises », sous le feu des invectives, des insultes, des incompréhensions de deux bords antagonistes. De mon point de vue, c’est un positionnement inconfortable dans les faits, mais objectif, sain et raisonné intellectuellement.

ignoranceChose incroyable, c’est de passer, aux yeux de certaines personnes pour « extrémiste » là où j’explique justement rejeter l’extrémisme pour me cantonner au rationalisme.. Je sais pertinemment d’où vient le problème. C’est une question de perception de la réalité inhérente à la masse de connaissances d’une personne face à une autre sur un sujet donné mais également sur la masse de sujets connexes, et plus globalement, c’est une affaire de culture(s) générale.

Nous sommes tous le con d’un autre, vous en conviendrez ? C’est dû au décalage de perceptions, bien souvent. De même, on est tous l’inculte ou le surdoué (ou le « monsieur je-sais-tout ») de quelqu’un.. C’est à mon sens dû au décalage de savoir.. En dernier exemple, je dirai que je fais moins de fautes de Français que certains, mais j’en ferai plus que d’autres. Je ne prétendrai pas ne pas faire de fautes.

C’est ce que j’expliquais succinctement sur A propos de la Réalité, et que j’évoque aussi sur mon « Théorème » de la goutte d’eau.. (ouais, le nom est bidon ^^)

En dernier ressort, ceux qui parlent de « confusionnisme » sont les premiers vecteurs de « confusion », de mon point de vue. Je terminerai en précisant l’exemple type de « confusionnisme » :

Dans l’histoire trafiquée que l’on nous force à ingurgiter, les définitions de « fascisme » et d' »antifascisme » sont encrées d’une certaine façon. Toute tentative d’expliquer ces notions autrement, en nuançant le propos, en donnant d’autres points de vues historiques, sera taxée de confusionnisme. Lire à ce propos cet article : Les Dessous de l’Entre-deux-guerres. Il vous fournira un autre angle d’attaque à ces définitions figées.

Un site de kapos du système, de délateurs, de pratiquants de l’infamie, du fichage et des tournures de phrases de novlangue alambiquées, pleines de sophismes pourra être consulté à titre sociologique : http://confusionnisme.info. Pour savoir qui se cache derrière ce site et connaître mon point de vue, rendez-vous dans les méandres des Dessous du conspirationnisme (autre site du réseau, assez actif en ce moment) et surtout, lire la Lettre ouverte à Ornella Guyet par Nicolas Bourgoin !


activeast-recentrez-votre-point-de-vue* Je précise que citer tout ceci ne veut pas dire que je conchie nécessairement le tout. En témoigne par exemple cet ancien billet sur l’internationalisme 2.0.
Concernant le « Mouvement Révolutionnaire Mondial » (M.R.M.) lire par exemple William Guy Carr et son « Des Pions sur l’Échiquier », Nesta Webster et « La révolution mondiale, Le complot contre la civilisation », ou l’ouvrage collectif « 2000 ans de complot contre l’Eglise » ou le synthétique « Synthèse du mouvement révolutionnaire mondial » de Johan Livernette pour commencer, nous permettent de comprendre les coulisses occultées de l’Histoire.

Advertisements