Emir Kusturica et le No Smoking Orchestra

Emir Kusturica et le No Smoking Orchestra

Emir Kusturica fait lui aussi l’expérience du Kali Yuga actuel, et le dénonce comme ActivEast : L’Antifascisme réel (et non celui d’antifas revendiqués et autres gauchistes) est aujourd’hui assimilé au nazisme, à l’extrême droite (le lot habituel des qualificatifs) par tout un ensemble de garde-fous de l’Empire (des BHL, des antifas, des médias propagandistes du système, divers sites internet néoconservateurs, …)

« Un antifasciste est traité de nazi, alors qu’un nazi est qualifié de démocrate », s’est indigné le célèbre cinéaste Emir Kusturica, commentant ce qui se passe actuellement en Europe dans une interview accordée au quotidien serbe Politica :

Après s’être vu interdire par Kiev de se rendre en Ukraine avec son groupe The No Smoking Orchestra, Emir Kusturica a déclaré « logique » qu’une personne prônant la justice soit déclarée « persona non grata » dans ce pays.

« Cette décision ne m’a pas surpris, surtout lorsque l’on sait que le pouvoir ukrainien résulte d’un coup d’Etat réalisé dans ce pays par un large éventail de nationalistes et par Secteur droit », a confié le cinéaste.

Selon lui, la facilité avec laquelle les autorités ukrainiennes décident qui peut entrer en Ukraine ou pas rappelle l’époque du nazisme. Les autorités ukrainiennes représentent « un vrai pouvoir de nazis qui traite aujourd’hui de nazis ceux qui ont perdu 25 millions de personnes dans la lutte contre le nazisme », a-t-il ajouté.

Emir Kusturica et son groupe devaient se produire à Kiev le 28 juin dans le cadre des festivités consacrées au 1000e anniversaire du prince Vladimir le Grand.

Toutefois, le ministère ukrainien de la Culture a exigé hier d’interdire le concert, motivant sa décision par « d’éventuels désordres » et par le soutien du cinéaste serbe au rattachement de la Crimée à la Russie.

Sputnik, le 17 juillet 2015

Source: fr.sputniknews.com

Nous vivons aujourd’hui :

  • Dans un monde fou aux valeurs inversées, et dont le sens des mots tend à s’inverser dramatiquement, sous la pression de réseaux mondialistes.
  • Dans une Europe qui soutient un régime ukrainien abject, coupable de crimes de guerre au Donbass, au détriment du peuple ukrainien, tout russophile qu’il soit.
  • Dans un pays où un Bernard Henry-Levi et ses amis se permettent de vilipender un citoyen pour le simple fait qu’il puisse être animé d’idées nationales, franco-françaises, en un mot nationalistes, mais, dans le même temps, soutenir le régime d’apartheid israélien, l’un des plus extrême-droitiste que l’on puisse trouver sur terre (doublé de la pôle position en matière de racialisme). Où un Fabius se félicite du bon travail des groupes terroristes en Syrie (« c’est bon pour israël« , dirait encore BHL).

Tous les élans populaires, qu’ils soient réussis (en terme d’affluence) comme « Jour de Colère » ou peu suivis comme le « Mouvement du 14 Juillet 2015 », sont systématiquement attaqués, calomniés, honnis, par les mêmes personnes sus-mentionnées : sionistes, antifas, merdias, sphère internet néocon. Ces gens, pourtant disparates, œuvrent tous à la révolution mondiale commencée peu avant 1789. Beaucoup en sont conscients, beaucoup ne le sont même pas.

padamalgamFormatés idéologiquement à de nobles notions comme l’antiracisme ou les droits de l’homme, ils ne voient pas le mouvement de fond qui les promeut. En l’occurrence, le mouvement antiraciste sponsorisé par la juiverie sert cette dernière de manière admirablement bien inversée : en effet, les plus racistes sont les « juifs » intégristes croyants qui pensent faire partie d’une race supérieur. L’antiracisme institutionnalisé les sert donc parfaitement, puisqu’il empêche idéologiquement toute réponse des goys. Mais pas d’amalgames, surtout.

judaisme-messianique-mondialisteLes antifascistes réels, selon moi, devraient (à condition d’avoir étudié certains sujets et de les avoir compris) choisir des cibles adéquates pour déverser leur vindicte. Qui oppresse les peuples ? Monsieur Durand, patron d’entreprise et ses belle voitures, ou bien la dynastie bancaire Rothschild et ses affiliés proches, détenteurs de la FED, de la City, de la Couronne britannique, de plus des 3/4 des richesses de la planète, et des dettes des pays industrialisés comme les « tiers-mondistes » ? Qui nous conduit en dictature républicaine (gauche/droite et extrêmes gauche/droite) chaque jour un peu plus ? Qui défend cette fausse démocratie, se maintenant au pouvoir par une alternance qui ne trompe plus ? Qui privilégie (finalement) la finance alors qu’elle devait prétendument être combattue ?

Pour aller plus loin :

Ornella_GuyetAujourd’hui, des soi-disant « antifas » comme Ornella Guyet, via leurs sites de désinformations, vous font passer des vessies pour des lanternes, à l’envers. Ces personnes en effet, crient au « confusionnisme » des « complotistes », là où ils entretiennent ces confusions.

Bref, avec ses petits soldats et ses inversions de valeurs, le mondialisme à de beaux jours devant lui. S’informer, s’éduquer et se battre pour réhabiliter le sens des mots semble être une activité essentielle, ici bas.


Note : On peut critiquer l’antiracisme institutionnel sans pour autant (et par simple déduction binaire) cautionner la xénophobie.

Publicités