bouton-pause
Le réseau Activeast [1] est en pause. Multiples raisons, tant personnelles qu’extérieures. Un point rapide pour les lecteurs et autres internautes abonnés aux différents sites du réseau.

Burn-out ?

En référence à cette « actualité » qui annonce que le « burn-out » ne serait plus considéré comme maladie professionnelle, j’ai entrepris il y a quelques semaines une longue pause éditoriale. Suite à une attaque par le biais d’un « ransomware » qui a crypté ma station de travail principale (et n’ayant pas fait les sauvegardes nécessaires), j’ai perdu pas mal de données. Si aujourd’hui je dispose d’une autre base saine, protégée et opérationnelle, une prise de distance avec l’actualité et l’information en général s’est opérée d’elle-même. Après cinq années d’un travail quotidien et (presque) ininterrompu, ces vacances intellectuelles semblaient nécessaires.

Ras-le bol ?

Sans sombrer dans un fatalisme primaire, sans baisser les bras, on peut exprimer au vu de l’actualité 2016 (fascisme d’état, guerre idéologique, …) quelques craintes légitimes pour l’avenir. « Nuit Debout » résume assez bien cet état de fait. Si de prime abord on pouvait se féliciter que « ça bouge » un peu en ce printemps 2016 (comme chaque année, en corrélation avec la montée de sève dans la nature, le sortir de l’hiver et le retour des beaux jours -c’est vite dit, avec cette météo maussade !-), force est de constater que ce mouvement « Nuit Debout » est, au mieux, un mouvement réellement populaire qui s’est fait détourner idéologiquement, soit quelque chose de pourri dès le départ : on peut (et devrait) comparer ce mouvement à la pseudo « démocratie » républicaine : une farce.

Nuit Debout ?

Nuit Debout est à l’image du « mouvement politique » initié par la maquerelle de Rothschild (Macron) : une belle fumisterie qui tente de rallier à sa cause l’hyper-exaspération ambiante. Plus précisément, canaliser les énergies du changement que cette société disloquée a généré. [Petite revue de presse non exhaustive]

Notre société pseudo démocratique, qui est censée permettre à chacun d’avoir ses idées, de permettre la liberté d’expression, « toussa », ne le permet que dans le cadre « gauche-droite », c’est-à-dire dans un cadre qui ne remet pas en cause certains points fondamentaux : l’Europe, le mondialisme, la haute finance (…). Lorsque l’on remet en cause ces points essentiels, on sera automatiquement classé « à l’extrême droite », et donc assimilés au FN. C’est à dire, selon les critères républicains, un « mal absolu » qui n’a pas le droit de cité. Étonnant, pour une société qui se dit libre et ouverte ?

Ne tergiversons pas : Il n’y a pas 36 combats aujourd’hui ; le seul qui soit réellement important se défini par l’opposition entre mondialisme et souverainisme. Tout le reste en découle, en grande partie (simplifions volontairement pour ne pas partir dans toutes les directions).

Or, « Nuit Debout » reprend exactement ce principe de fonctionnement « républicain » : selon sa propre présentation, « ce mouvement est ouvert à tous » … SAUF aux souverainistes divers : nationalistes de tous horizons,  « soralien », partisans du parti du Front National, catholiques traditionalistes, etc etc etc… Allons plus loin : aux partisans d’Etienne Chouard et de la Démocratie directe, aux partisans de l’UPR de François Asselineau, et aux partisans de diverses autres personnalités ayant perçu et démasqué les travers biaisés de la politique-spectacle. Autrement dit, aux gens les plus cultivés, les moins abrutis par le système politico-médiatico-gogo. A ce sujet :

Je pense sincèrement que ce qui peut différencier des personnes dites « de gauche/extrême gauche » avec des gens « de droite/extrême droite », c’est la culture générale. En effet, qu’une personne (sincère) ayant des idées « de gauche » [2] se mette à lire, à fouiller l’Histoire, elle se retrouvera bon gré mal gré classée « à l’extrême droite » par une foultitude de salopards gauchisants (qui comprennent les autoproclamés « antifa », les franc-maçons, les politiques républicains (gauche/droite), etc..)

Vous ne me croyez pas ? Faites-en l’expérience, tout simplement (certes, ce « simplement » implique beaucoup de travail, mais il se doit d’être personnel et volontaire, puisque la simple parole de gens cultivés ne suffit pas).

« Nuit Debout » est une farce idéologiquement manipulée, un mouvement des « Indignés » 2.0 qui a appris de ses erreurs, et qui dès le début a posé les bases du cloisonnement idéologique. J’ai vécu le mouvement sincère des Indignés en 2011 (je ne dirai pas « spontané », n’en sachant rien, mais sincère), l’ayant pratiqué (et animé) pendant près d’un an, non-stop. J’y ai vu l’infiltration de la mouvance d’extrême gauche/antifa, jusqu’à sa disparition inéluctable, par le désamorçage de l’élan d’émancipation du mondialisme.

Clair-obscur idéologique

Sans ré-écrire le blog, qui en parle bien assez, la mouvance gauchiste (et plus globalement, la mouvance dite « républicaine » de la fausse alternance gauche/droite) est mondialiste et sert à désamorcer toute revendication d’émancipation souverainiste. Des manipulateurs bien conscients sont aidés pour cela d’une foule de naïfs se revendiquant humanistes, se basant sur des leviers comme l’antiracisme, le droit-de-l’hommisme, le féminisme qui, s’ils peuvent souvent comporter des idées légitimes, intéressantes, sont en fait bien plus que ce qu’ils paraissent (voir les liens pour approfondir ces sujets).

Tout ceci n’est pas négociable, c’est simple pour qui observe attentivement et prend le temps d’étudier et de lire. Or, ce temps n’est pas disponible pour tout le monde, la survie impliquant souvent de passer son temps à des tâches abrutissantes ou non souhaitées. En gros, s’émanciper intellectuellement n’est pas donné à tout le monde. Sans parler de ceux qui auraient matériellement le temps de s’y mettre, mais qui sont englués dans la médiocrité offerte par ce système qui ne tient pas à ce que l’on se renseigne trop sur son fonctionnement.

Le système nous divise pour perdurer, se basant sur l’ignorance de la majorité. Et, force est de constater qu’il a bien verrouillé son pouvoir : il n’est pas aisé d’ouvrir les yeux à ceux qui en auraient besoin. Ce système et ses agents feront tout pour jeter l’opprobre, salir, diffamer les plus éveillés. Il faut donc avoir les reins solides pour rester debout jour après jour. Surtout lorsque vous devez, en plus des autres citoyens, vous « battre » intellectuellement avec les membres de votre propre entourage.

Petite digression sur les « violences » constatées en marge de « Nuit Debout » (et toutes celles d’avant)

Cela faisait un certain temps que je souhaitais évoquer ce que certains qualifient de « violences », qui comprennent les escarmouches avec les flics, les cassages de guichets automatiques et vitrines de banques et autres « incivilités ». Je constate un cartésianisme minable de part et d’autre du spectre idéologique, mais, et une fois n’est pas coutume, surtout dans le camp souverainiste. En effet, il est constamment reproché aux manifestants exaspérés leurs débordements dits « violents », et le camp souverainiste (natio/catho, pour résumer de façon non péjorative mais pour que tout le monde comprenne) saute souvent sur l’occasion pour condamner les « casseurs », qualifiés de « gauchistes », « jeunes », ou autres.

Précisons ici tout de suite que je suis bien conscient que certains casseurs cagoulés sont des flics en civil, qu’ils sont là pour entrainer les plus chauds et déterminés à commettre des actes qui légitimeront, par la suite plus d’élan « sécuritaire » (liberticide, en fin de compte).

rappel-aux-forces-de-lordreCependant, et pour être à même d’en faire partie, ces élans anticapitalistes légitimes sont souvent sincères, et s’attaquer physiquement à la succursale bancaire, faute de pouvoir s’en prendre au grand Bankster en personne, peut être un exutoire parfaitement compréhensible de mon point de vue. Certains diront ici qu’il faudrait faire le distingo entre agence de proximité et grandes banques d’affaire, mais personnellement j’emmerde ces pinailleries (parfois émanant de collègues de la réinfo qui pourront se reconnaitre). L’usure bancaire n’a pas de frontières ni de marque particulière.

On assiste à des élans pro-flics, car ceux-ci seraient « injustement » la cible de méchants casseurs, et finalement, à entendre certains souverainistes (j’englobe vite pour faire court, veuillez m’excuser), les flics ne seraient que de pauvres victimes… J’ai rarement été autant en désaccord avec les souverainistes divers que sur ce point précis. Vous ne vous êtes pas assez impliqués (même pacifiquement) ni pris assez de coups de tonfa pour sortir ce genre d’inepties ?! La violence policière n’est pas un mythe manipulé, elle est bien réelle. Je vais aller plus loin : quand des connards prennent le parti de défendre ce système injuste, de défendre en dernière instance le grand capital et la mafia au pouvoir, on pourrait comparer ça à ces « méchants militaires allemands » à qui on fait constamment le procès en disant « ils pouvaient désobéir à ces ordres immoraux ! » … C’est la même. On me dira que beaucoup n’ont pas le recul intellectuel pour réfléchir et trancher, on pourra me dire qu’ils y sont obligés pour se nourrir, on pourra me dire (à raison) que certains aiment ça, taper sur les gens, mais en définitive, les corps armés servent des salopards. Beaucoup sont de moins en moins dupe, mais continuent. Certains se suicident. Mais, finalement, ces gens font partie du peuple, et je comprends aussi ceux qui disent qu’on a besoin de ces forces de l’ordre, y compris dans La Société Idéale, qui n’existe pas.

Sur le pacifisme et la violence, j’ai commencé quelques analyses et pistes de réflexion rapides, mais pour cadrer ici mon propos, je précise ne pas être un de ces « pacifistes » bobo-sounours. On voit fleurir moult pétitions et appels à la non-violence. Je les qualifierai ici de « louches », au bas mot. Qui a bien intérêt à ce que la violence légitime ne devienne pas la norme ? Je vous laisse réfléchir.

Pour résumer cette digression qui prend l’allure d’un pavé, je dirai que cracher sur l’ensemble des « casseurs » que je qualifie ici d’énervés, est stupide au possible, que de défendre mordicus toutes les forces de l’ordre actuellement, est stupide, et que tout n’est pas ici blanc ou noir, c’est beaucoup plus subtil comme souvent.

A bientôt

Pour ces raisons, et d’autres encore, j’ai plus ou moins naturellement pris mes distances avec la grande guerre de notre temps, celle de l’information. Que mes nombreux détracteurs ne se frottent pas trop les mains, il me reste sous le coudes quelques cartouches en suspend, qui auraient du être publiées depuis longtemps, mais qui ont pris du retard. Parmi elles, quelques trucs assez pointus et corrosifs, sur la notion (j’insiste sur le terme « notion« ) « illuminati », sur la réalité du complot « juif » mondial, et quelques autres dossiers sympas. Mes activités (et non-activités) ne me permettent pas de les publier sereinement dans l’immédiat, j’attendrai donc une fenêtre de tir dans un avenir plus ou moins proche.

Ced (alias « CedGlobalChange », « GranKondor », « Activeast », etc)
(qui signe ses billets, lui ! n’est-ce pas, pseudos antifa, délateurs et crypto-enculés du net ?)

P.S. (pas le rose) je posterai quelques vidéos et éléments en commentaires, à titre d’archivage en retard


Notes :

[1] Le réseau comprend activeast.wordpress.comexplicithistoire.wordpress.com, susauxbanques.wordpress.com, francmaconnerieexposee.wordpress.com, sansambiguites.wordpress.com, reseauxpedocriminels.wordpress.com, decroissons.wordpress.com, cedglobalchange.wordpress.com, scoop.it/u/l-esprit-du-moment & autres tweeter, FB (…)

[2] Pour les abrutis qui croient encore que la « gauche » ferait dans le social, se soucierait du bien commun, continuez à voter Hollande (oui, vous qui pensez que les resto du cœur sont une institution passagère le temps d’enlever à la finance son pouvoir absolu, comme prétendait Grollande aux dernières présidentielles…) (ceci est aussi un clin d’œil à quelque(s) personne(s) de mon entourage qui se reconnaitront, je l’espère)

Advertisements