Category: Analyses


erfm-charles-robin-2017
Charles Robin, apprécié du blog, donne une interview à ERFM à l’occasion de son dernier ouvrage.

« Pour ce 66ème numéro de L’Heure la plus sombre, Vincent et Xavier recevaient le philosophe Charles Robin, spécialiste de la critique du libéralisme. »

Lire la suite

Publicités

Objet : proposer deux vidéos d’internautes soulevant un problème d’objectivité chez certains nouveaux acteurs influents de Youtube, et appuyer ces analyses.

Contexte : le phénomène des youtubeurs

En grande surface, vous pouviez trouver "le guide des youtubeurs". N'allez pas y chercher de contenu intellectuel, il n'est pas fait pour.

En grande surface, vous pouviez dès octobre 2016  trouver « le guide des youtubeurs ». N’allez pas y chercher trop de contenu intellectuel, il n’est pas fait pour. #panemetcircences

Le phénomène de société des youtubeurs est énorme. N’importe quel inconnu (à l’instar de la téléréalité) a maintenant l’opportunité de se constituer rapidement une communauté de followers (abonnés) sur la plate-forme de vidéos du géant Google. Ces (parfois très) jeunes gens produisent régulièrement des vidéos sur des thématiques telles que le maquillage, les jeux vidéo, la cuisine ou tout autre sujet somme toute assez léger*. Un grand nombre de vues sur leurs vidéos leur rapportent de l’argent. Dans ce milieu, quand on perce, on peut vivre de cette activité (si si). Certains sont même invités en prime-time à la télévision, et publient des livres vendus partout, preuve s’il en fallait que ce phénomène est bien vu du système en place.

Peu à peu sont apparus d’autres youtubeurs abordant des sujets moins légers en donnant leur avis sur la politique (objectivement pro ou anti système). Ils sont venus appuyer les rangs grossissants de la contre-information par l’Internet, celle qui contrebalance naturellement l’information biaisée servie par les médias possédés par une poignée de milliardaires pour maintenir leur paradigme ultralibéral.

Depuis quelques années, en France comme à l’étranger, les pouvoirs en place -gouvernements et médias- ont lancé une véritable chasse aux sorcières envers les sites qui diffusent une information non conforme à la doxa mondialiste. Parmi ces initiatives bien-pensantes, on relèvera 1) le site gouvernemental « OnTeManipule », 2) cette décision européenne (en 2013) de rémunérer des trolls europhiles pour contrer l’euroscepticisme sur Internet, 3) l’ensemble des chaînes de télévision se sont emparés de la thématique « conspirationniste » ou « complotiste », avec par exemple une pastille dédiée de Canal+ en prime-time, « le Complot« .

youtubisme-bienpensantNotre sujet : Parallèlement est apparu un phénomène particulier sur youtube : des chaines entières dédiées à la « zététique » et à « l’hygiène mentale » consistant à dire : « sur internet, on ne trouve que des sites conspirationnistes qui ne véhiculent que des inepties, des mensonges qui trompent les pauvres internautes. Changeons cela, et apprenons-leur à réfléchir à nouveau dans les sentiers battus et permis du conformisme ». Enrobant leur discours dans un paternalisme mal caché derrière une condescendance détestable, abordant à leurs débuts des thématiques variées (et intéressantes) en déballant leur scientisme à toute épreuve. Puis très vite est apparu un intérêt tout particulier -et récurent- à s’attaquer aux « conspis« , mettant sournoisement sur un même plan des thématiques farfelues (croyances comme les réptiliens, les licornes, le père-noël) avec d’autres beaucoup plus problématiques : nouvel ordre mondial, bankstérisme, santé, terrorismes, franc-maçonnerie, (…).

C’est cette curieuse manie qui est enfin pointée ici par Charles Robin ou « Autodisciple » qui entament sereinement l’analyse de ces nouveaux flics de la pensée, qui donnent la vague impression d’œuvrer idéologiquement de concert avec le pouvoir en place:

Lire la suite

Une autre fiche pratique en cette période hivernale. Ma fille ayant une violente toux, je cherche à la pharmacie la prescription faite par un médecin/membre de la famille. Prenant (naturellement et instinctivement) mon rôle de père au sérieux, j’examine les étiquettes et notices des boites que je m’apprête à donner. Commençant par l’antibiotique, un certain « AMOXICILLINE », je manque de m’étrangler à la vue des « excipients à effet notoire » (une rubrique présente sous les compositions de médicaments).

excipients-amoxicillineAspartam (E951) (Source de phénylalaline), Sodium (5 mg par cuillère-mesure).

Ok. Je ne suis pas médecin, mais ce que je connais de l’Aspartame (sûrement plus qu’un médecin généraliste, en fait) me fait ressortir mon guide des additifs de Corinne Gouget (celui qui m’a déjà servi pour d’autres fiches pratiques). J’y relis ce qui est indiqué concernant cette substance :

aspartam-guide-additifs

Et plus loin (cliquer pour zoomer) :

Lire la suite

Voici deux textes du site Triangle Noir concernant Pierre-André Taguieff, idéologiquement proche d’un Rudy Reichstadt déjà évoqué sur le site :

Sur Conspiracy Watch, la rhétorique qui inspire Rudy Reichstadt est principalement le produit du théoricien néoconservateur Pierre-André Taguieff »

(Extrait de Ornella Guyet : archétype de la désinformation)

Taguieff est un fieffé propagandiste : il suffit d’essayer de retracer sa bibliographie pour s’en rendre compte. Avec une obsession pour les juifs et ceux qu’il nomme les « conspirationnistes ». Voici, rapidement, quelques-unes de ses productions littéraires :

La foire aux illuminés :
les « oublis » de Pierre-André Taguieff

Source : trianglenoir.info

Dans La foire aux illuminés, l’une des bibles des « anticonspirationnistes », Pierre-André Taguieff utilise plus de 400 cent fois le terme « Illuminati ». Par contre, il ne mentionne jamais le nom de Gershom Scholem. Pourtant, ce dernier parlait lui aussi aussi des Illuminati dans ses travaux. Ce fut notamment le cas dans Le messianisme juif, où il qualifiait le mouvement sabbatéen – un mouvement spirituel sectaire issu du judaïsme – d’Illuminati. [1]  Sabbataï Tsevi et Jacob Frank, deux personnalités liées au mouvement sabbatéen – donc Illuminati selon Scholem -, sont également ignorées par Taguieff, alors qu’elles mériteraient de figurer dans un livre dédié aux illuminés. En effet, Tsevi, qui se prenait pour le messie juif,  était un individu assez bizarre. Scholem pensait qu’il souffrait d’une « psychose maniaco-dépressive, à laquelle s’ajoutaient probablement certains éléments de paranoïa ». [2] Jacob Frank, messie auto-proclamé lui aussi, était un personnage absolument corrompu et dégénéré selon Scholem : « Jacob Frank restera dans l’histoire comme le cas le plus effrayant de l’histoire du judaïsme », écrivait-il. [3] Comment expliquer le silence de Pierre-André Taguieff à ce sujet ? Pourquoi oublie-t-il de parler de ces deux illuminés, qui ont marqué l’histoire du judaïsme ? Cherche-t-il à protéger la famille Rothschild, qui était liée aux mouvements sabbatéens et frankistes ? Selon Charles Novak, la famille Rothschild était en effet sabbataïste. [4] Mayer Asmchel Rothschild fut d’ailleurs  le trésorier du mouvement frankiste basé à Offenbach [5], mouvement qui joua un rôle dans la Révolution française. [6] En partageant de telles informations, Pierre-André Taguieff risquait peut-être de donner un peu de crédit au « mythe Rothschild » des « conspirationnistes », un mythe qu’il tente de déconstruire tout au long de son livre…

  1. Gershom Scholem, Le messianisme juif : essais sur la spiritualité du judaïsme, Les Belles Lettres, 2016, p. 153.
  2. Christophe Bourseiller, Les faux messies : histoire d’une attente, Fayard, 1993, pp. 144-145.
  3. Christophe Bourseiller, Les faux messies : histoire d’une attente, Fayard, 1993, pp. 165-166.
  4. Charles Novak, Jacob Frank, le faux messie, L’Harmattan, 2012, p. 145.
  5. Charles Novak, Jacob Frank, le faux messie, L’Harmattan, 2012, p. 145.
  6. Gershom Scholem, Le messianisme juif : essais sur la spiritualité du judaïsme, Les Belles Lettres, 2016, pp. 210-216.

En complément :


L’expression « New World Order »,
création de l’extrême-droite conspirationniste américaine ?

Source : trianglenoir.info

« Selon Pierre-André Taguieff, l’expression « New World Order » – Nouvel Ordre Mondial en français – fut créée par l’extrême-droite conspirationniste américaine. « L’expression « New World Order » a été introduite en 1972 par l’idéologue conspirationniste étatsunien Robert Welch (fondateur, en décembre 1958, de la John Birch Society), puis reprise le 11 septembre 1990, dans un sens positif, par le président George H. W. Bush lors d’un discours prononcé devant le Congrès », écrit-il dans Les rhétoriques de la conspiration, un ouvrage rédigé par plusieurs chercheurs universitaires et publié par la maison d’édition du Centre national de la recherche scientifique (CNRS). [1]

new-world-order-pledged-to-jewsEn réalité, l’expression « New World Order » apparut bien avant 1972. On la retrouve ainsi dans un article publié par le New York Times en octobre 1940 et intitulé « New World Order pledged to Jews » (« Un nouvel ordre mondial promis aux Juifs »). Arthur Greenwood, ministre sans portefeuille du Cabinet de guerre britannique, utilisa cette expression dans une déclaration adressée aux Juifs américains : « In the first public declaration on the Jewish question since the outbreak of the war, Arthur Greenwood, member without portfolio in the British War Cabinet, assured the Jews of the United States that when victory was achieved an effort would be made to found a new world order based on the ideals of ‘justice and peace. » [2]

 

nwo_chicago_tribuneLe Chicago Tribune du 17 mai 1942 annonçait que le rabbin Stephen Samuel Wise, Président du Congrès juif américain, devait présider un symposium sur le « Nouvel Ordre Mondial » (« New World Order »). [3] Wise fut l’un des fondateurs de la Fédération sioniste de New York en 1897. Il fut également le secrétaire honoraire de la Fédération des Américains Sionistes. Il collabora étroitement avec Theodor Herzl jusqu’à la mort de ce dernier. Plus tard, il travailla avec Louis Brandeis. [4]

 

nwoOn retrouve également l’expression New World Order dans un autre article du New York Times publié en 1942. Dans cet article, on apprend que l’Institut américain du judaïsme souhaitait la création d’une fédération mondiale, d’un « nouvel ordre mondial » fondé sur l’enseignement spirituel des religions, auquel devaient se soumettre toutes les nations : « The statement went on to say that the spiritual teachings of religion must become the foundation for the new world order and that national sovereignty must be subordinate to the higher moral law of God. » [5]

 

The New World Order fut également le titre d’un essai de l’écrivain Herbert George Wells publié en 1940. [6] L’auteur y plaida pour la création d’un gouvernement mondial unique. Il avait déjà évoqué ce gouvernement mondial unique dans son roman  The World Set Free (La destruction libératrice) publié en 1914. [7]  Wells, qui fut l’élève de Thomas Huxley – le grand-père de Julian et Aldous -, était membre de la très socialiste société fabienne des époux Webb. [8] Ces derniers fondèrent la London School of Economics où étudièrent David Rockefeller et Joseph Retinger, fondateurs du groupe Bilderberg, une organisation souvent qualifiée de gouvernement mondial, ou soupçonnée de vouloir créer un nouvel ordre mondial…

  1. Pierre-André Taguieff, « La pensée conspirationniste. Origines et nouveaux champs », Les rhétoriques de la conspiration, CNRS Éditions, 2010, p. 286.
  2. « New World Order pledged to Jews », New York Times, 6 octobre 1940 ,p. 10.
  3. « Jews observe oneg shabat at opening session », Chicago Tribune, 17 mai 1942, p. 18.
  4. « Stephen Samuel Wise », Wikipedia, https://en.wikipedia.org/wiki/Stephen_Samuel_Wise, consulté le 13 décembre 2016.
  5. « World Federation is urged for peace », New York Times, 25 décembre 1942.
  6. Herbert George Wells, The New World Order, Secker and Warburg, 1940.
  7. Herbert George Wells, The World Set Free, Dutton, 1914.
  8. Matthew Taunton, « H. G. Wells politics », British Library, https://www.bl.uk/romantics-and-victorians/articles/h-g-wells-politics, consulté le 13 décembre 2016.

En complément :

conspirationniste-definition« On pensait que la priorité était de recentrer l’école sur les apprentissages fondamentaux, de délivrer un enseignement de qualité afin de promouvoir l’égalité des chances. Mauvaise pioche ! La priorité, c’est de pourfendre les « conspis ». Une prose interminable est déversée sur les messageries des enseignants, depuis des mois, pour les convaincre de cette nouvelle urgence.

Pourquoi un tel acharnement ? La réponse est fournie par un dossier publié le 3 novembre par le site mediaeducation.fr. Dans ce dossier revêtu de l’imprimatur officiel, on apprend que les « pouvoirs publics » se sont émus, « après les attentats de l’année 2015 », de la prolifération des « théories complotistes ». Il paraît même qu’on a diffusé sur la toile « des scénarios peu soucieux des faits ». Bigre. On comprend mieux.

Dans cette prose, on trouve surtout de creuses généralités sur la nécessité de « déconstruire les théories complotistes » et de « prendre du recul à l’égard de la complosphère ». Puis, en guise d’exemples, on trouve deux références précises. D’abord, la fable des « Illuminati ». Et pratiquement à égalité, celle des « reptiliens ». Bref, des idioties notoires, des sornettes pour ados « new age » passablement décérébrés, mais pas de quoi fouetter un chat. Au vu de ces exemples, on se demande pourquoi le gouvernement déploie autant d’énergie.

C’est là que les choses deviennent intéressantes.

Lire la suite

Publié le 19 octobre 2016 par Nico le Taureau sur croa.fr

croa-antifas« S’il y a une maladie qui ronge la société française sur le plan idéologique, c’est bien celle qu’on pourrait appeler « gauchisme », ou « antifascisme ». Le gauchisme se caractérise par la soumission à la doxa dominante, qui rend ses membres totalement conditionnés par le Système au moyen d’une doctrine sclérosée, qui l’enferme dans une prison intellectuelle. Quand à l’antifascisme, il se caractérise par le rejet de tout ce qui représente la Nation, ses traditions (surtout chrétiennes), son Histoire et sa culture ; une volonté d’abolition du passé. Ces deux idéologies, qui vont de pair, prônent le déracinement et l’internationalisation du monde, ce qui les rendent compatibles avec le mondialisme des Rockefeller et des Rothschild.

Le diagnostique auquel nous allons procéder vise avant tout à dénoncer une escroquerie intellectuelle et à y apporter un remède, pour le bien commun. En effet, depuis plusieurs décennies, ces idéologies n’ont eu de cesse de jouer le camp mondialiste, c’est-à-dire celui de l’Anti-France.

Lire la suite

antifas-israel-usa-mondialisme

Les « antifas » d’aujourd’hui ? Les petits soldats minables du mondialisme et défenseurs de la pire entité racialiste qui existe, israël*

Source : https://francais.rt.com/opinions/21797-autoproclames-antifas

Censés combattre «la peste brune», les «antifas» semblent faire preuve d’une fascination mimétique pour les méthodes de cette dernière, selon le spécialiste des questions européennes Pierre Lévy.

Des groupes autoproclamés «antifascistes» tentent régulièrement d’apparaître sous les feux de la rampe. Encore tout récemment à Paris, samedi 4 juin, certains ont affronté la police… pour rendre hommage au jeune Clément Méric, décédé le 5 juin 2013.

Des militants se réclamant de cette mouvance ont également réussi à faire parler d’eux à l’occasion desdites Nuits debout parisiennes, et, surtout, à la faveur de la mobilisation syndicale contre le projet de loi El Khomri. Certains se sont illustrés en amont des cortèges en faisant reprendre le slogan «tout le monde déteste la police» par quelques centaines de jeunes. Un slogan qui avoisine le degré zéro de la pensée politique.

La dénomination «antifasciste» revendiquée sonne du reste étrangement, dès lors qu’il s’agit de rouer de coups des journalistes, ou de blesser plus d’une dizaine de membres du service d’ordre CGT lors de la manifestation du 12 mai dernier.

Lire la suite

Note : vous ne pouvez décemment pas prétendre que ça n’existe pas si vous ne suivez pas attentivement ce dossier et les vidéos incluses. Ainsi, et aussi long soit-il, un effort est demandé au lecteur curieux ou contradicteur, pour aller jusqu’au bout. D’avance, merci.
Après cela, et à titre personnel, je ne pourrai plus vraiment faire grand chose de plus pour tenter d’ouvrir les yeux de mes concitoyens sceptiques, mésinformés ou formatés. Certaines affirmations renvoient vers de nombreux dossiers déjà disponibles, qui allongeront donc considérablement le propos en l’étayant.
Bon à savoir, à toutes fins utiles : l’auteur partage la vie une belle-famille « juive » non-pratiquante.


L’Histoire est limpide, pour qui sait franchir le rubicon du carcan idéologique. Et qui mieux que des juifs résistants pour l’expliquer ?

complot-juifRésumé : certains juifs sont animés par une force multiséculaire religieuse afin de s’imposer comme le peuple-roi au dessus des nations et des peuples. S’étant fait chasser de tous les pays où ils furent accueillis pour leur refus de s’intégrer au reste des cultures endémiques des pays d’accueil, ils entreprirent, par leur habileté indéniable dans certains domaines, de saper les autorités qui les empêchaient de se hisser au sommet (ces autorités étaient les têtes couronnées ou l’Eglise chrétienne, l’ennemie intime des juifs depuis la mort du Christ). Des étapes cruciales furent par exemple le concile Vatican II pour l’Eglise et la Révolution française pour la royauté. Puis, des lois successives leur permirent de devenir des citoyens intouchables. Aujourd’hui, au sein de ce qu’il reste des nations, des paravents idéologiques manipulés tel que l’antiracisme et autres manigances de gauche leur garantissent de ne plus être montrés du doigt sans souffrir soi-même d’exclusion sociale. Au niveau international, l’entité sioniste messianiste est devenue intouchable, incritiquable, et largement soutenue par les « grandes puissances » qui sont en fait elles-mêmes tenues par la haute finance juive des Rothschild et quelques autres familles. Le plan pour faire de Jérusalem la capitale d’un monde judéo-centré est en phase finale. L’utilisation d’un spectre islamiste exagéré, entretenu par eux, permet de détourner l’attention vers un ennemi majoritairement fantasmatique ou parfois épaulé en coulisses.

Lire la suite

bouton-pause
Le réseau Activeast [1] est en pause. Multiples raisons, tant personnelles qu’extérieures. Un point rapide pour les lecteurs et autres internautes abonnés aux différents sites du réseau.

Lire la suite

Panem & circences, suite.
Toujours plus de jeux pour divertir et abêtir le peuple. (Pour le pain, c’est moins certain..)

eSport-bientot-en-France (2)Déjà très populaire outre-atlantique et dans certains pays d’Asie, les compétitions « sportives »  massives centrées sur les jeux vidéos débarquent en France prochainement, puisque qu’une mission constitutive d’un point de départ sur la législation de l’eSport en France a été demandée au député des Alpes Maritimes M. Rudy Salles et à M. Jérôme Durain, sénateur de Saône-et-Loire, par le Premier Sinistre Manuel -El blanco- Valls.

Il aura fallu 6 semaines aux parlementaires afin de définir les grandes lignes de la discussion à venir. Pour ce faire, 60 auditions de 100 individualités rassemblant les professionnels du milieu, les joueurs, les membres d’associations, les psychologues ou les industriels, ont été entreprises afin d’alimenter les bases de cette analyse

Voici, disponible en téléchargement PDF, ce
 » Rapport intermédiaire concernant la pratique compétitive du jeu vidéo  » (119p. / 2Mo)

eSport-bientot-en-France (1)

A l’heure de l’information, il est courant d’affirmer que de plus en plus de monde s’éveille aux choses sensibles de ce monde, celles que les autorités aimeraient garder loin des foules, ces informations sensibles. Il est donc « naturel » que le système, les gouvernements corrompus, redoublent de trouvailles pour contrebalancer cette tendance.

Récemment, Vallaud-Belkacem a annoncé la presse mainstream gratuite (et subventionnée avec NOS impôts) pour tous dans les écoles, afin de « lutter contre la désinformation » sur l’internet, dit-elle (autrement dit, en plus de lutter contre certains sites jugés « complotistes », il s’agit surtout de contrer la Réinformation de médias dissidents sérieux)

[Quelque-uns de ces sites sont proposés sur la Fédération des Média Résistants]

Qioi de mieux qu'un gros chèque et un public massif pour stimuler l'envie de participer ?

Quoi de mieux qu’un gros chèque et un public massif pour stimuler l’envie de participer ?

Mais cela ne leur suffira pas à remporter la guerre moderne de l’information (qu’ils tendent à perdre, soyons optimistes et objectifs), c’est pourquoi ce courant existant ailleurs, déjà bien rôdé, ne peut qu’arriver à point pour ces magouilleurs professionnels. N’y voyons pas là nécessairement un complot local : c’est une évolution systémique globale, un ressort bien connu du Pouvoir, distraire le(s) peuple(s) pour qu’il(s) n’ai(en)t pas trop le temps de questionner les « élus » sur l’effondrement en cours.


Bon à savoir : certains jeux entrainent de fortes dépendances, voir des troubles graves. Lire Dépendance au jeu vidéo sur Wikipédia.

Vous voulez en savoir plus sur ce monde à part de l’eSport? Vous pouvez continuer sur cet article qui a inspiré ce rapide billet.

J’ai récemment publié sur le site « L’Amer Dessous des cartes » un court article sur les nouveaux terrains de la guerre (idéologique) moderne : Les Dessous de Wikipédia.

wot logoVoici un autre exemple, cette fois avec un plug-in pour votre navigateur, « Web of Trust » (« WOT »), qui permet aux internautes d’être informés du ressenti des utilisateurs, et de donner une appréciation personnelle pour chaque site web visité.

wot google

Pour installer WOT, il suffit de suivre ce lien

S’il peut permettre d’identifier des sites crapuleux ou infâmes, il sert aussi de propagande idéologique (dans les deux sens, soyons clair). Un exemple ? La notation du blog « Activeast » que vous parcourez actuellement.

Lire la suite

Avant de laisser la parole à Manuela, magistrate belge, je souhaitais ajouter d’emblée l’une ou l’autre réflexions rapides sur le sujet.

neoliberalismeOn nous a vendu, avant 1789, et depuis dans les manuels d’histoire, que la République a libéré le peuple du joug du Roi. On nous a vendu l’Europe comme incroyable pourvoyeur d’emplois futurs (comme on nous vend aujourd’hui le raz-de-marée actuel de populations « réfugiées » comme une « chance pour l’Europe » –cf Attali-). On déclare, on nous promet, on nous ballade d’élections en élections… Tout ceci étant du vent, l’Histoire et l’actualité sont là pour le démontrer. Combien de temps encore certains nigauds vont continuer à ne pas voir la réalité en face ?

Le néolibéralisme est LE fascisme des temps modernes, qui s’est progressivement insinué avec des complicités bien connues. S’il n’a pas dit son nom et n’a pas avancé à découvert comme d’autres fascismes critiquables mais sincères, il s’est peu à peu imposé non sur une seule nation, mais sur la quasi totalité du globe.

Les arriérés mentaux qui restent désespérément focalisés sur un Front National qui « ramènerait le fascisme » n’ont plus de crédibilité. Aucune. Déjà, le FN s’est normalisé vis-à-vis du « système » : FM, LGBT, juifs : il n’est plus le gage de protection des citoyens. De rares et trop peu connus petits partis sont bien plus engagés contre l’Europe ou contre l’oligarchie que ne l’est aujourd’hui le FN. Dans tous les cas, le socialisme et le gauchisme en général ont montré leurs limites et connivences avec l’ennemi mondialiste qu’est le néolibéralisme financier apatride. Rendez-vous en fin d’article pour la suite.

« L’erreur est humaine, la persévérance est diabolique »


« Suum cuique »

Le néolibéralisme est un fascisme. La carte blanche de Manuela Cadelli, présidente de l’Association syndicale des magistrats belges.

Manuela Cadelli presidente de lAssociation Syndicale des Magistrats belges[Mars 2016 – lesoir.be]

« Le temps des précautions oratoires est révolu ; il convient de nommer les choses pour permettre la préparation d’une réaction démocrate concertée, notamment au sein des services publics.

Le libéralisme était une doctrine déduite de la philosophie des Lumières, à la fois politique et économique, qui visait à imposer à l’Etat la distance nécessaire au respect des libertés et à l’avènement des émancipations démocratiques. Il a été le moteur de l’avènement et des progrès des démocraties occidentales.

Le néolibéralisme est cet économisme total qui frappe chaque sphère de nos sociétés et chaque instant de notre époque. C’est un extrémisme.

Le fascisme se définit comme l’assujettissement de toutes les composantes de l’État à une idéologie totalitaire et nihiliste.

Je prétends que le néolibéralisme est un fascisme car l’économie a proprement assujetti les gouvernements des pays démocratiques mais aussi chaque parcelle de notre réflexion. L’État est maintenant au service de l’économie et de la finance qui le traitent en subordonné et lui commandent jusqu’à la mise en péril du bien commun.

Lire la suite

ras-l-front-emmanuel-ratier« L’une des meilleures analyses de cette stratégie, avec ses faiblesses, a été publiée par un hebdomadaire concurrent, Le Monde libertaire (12 février 1998).  » Depuis l’origine, le courant trotskiste se pense comme un état-major révolutionnaire privé d’armée. Le trotskysme peut se résumer à l’expérimentation de multiples « raccourcis » visant à conquérir des troupes : « entrisme » dans les organisations réformistes pour « radicaliser les minorités combatives » ou tactique de « front unique » visant à « mettre les réformistes au pied du mur ». Il en résulte une schizophrénie intrinsèque du trotskysme : les organisations réformistes sont des alliés qu’il faut amadouer pour mieux les plumer. Cette pratique du double langage permet de présenter comme de la haute stratégie ce qui n’est vraisemblablement qu’une capitulation politique. »

Extrait de Ras l’front, Anatomie d’un mouvement antifasciste
de Emmanuel Ratier

Lire la suite

« Les élites politiques peuvent compter sur de précieux auxiliaires dans leur sale besogne de flicage du web : les antifas.

antifa-faGénéralement issus de la petite-bourgeoisie, sans culture politique ou presque, peu ou mal organisés, leurs méthodes basées sur les attaques délatrices et calomnieuses ad hominem les rapproche des extrémistes sionistes. Leurs buts également : s’attaquer à ceux qui résistent au mondialisme, à l’impérialisme, au sionisme et à l’entreprise de démolition des acquis sociaux de l’après-guerre mise en œuvre par la classe dominante. Ils sont agressifs et peuvent être violents à l’occasion. Ce premier mai, ils ont agressé le groupe des militants de l’Union populaire républicaine présents à la Bastille, faisant ainsi le jeu de l’oligarchie européiste et de leurs représentants politiques. Les antifas sont les idiots utiles du capitalisme.

Les antifas ne constituant pas à proprement parler une structure organisée mais une constellation de groupuscules, bien que quelques tentatives de regroupement aient été faites notamment à travers le collectif REFLEXe ou le site d’informations La Horde, le terme de « mouvance » convient mieux pour les caractériser. Sans porte-parole, sans programme politique, la nébuleuse antifa relève davantage de la milice que du parti politique.

Lire la suite

contre les rouges-bruns« Depuis quelques années, fleurissent sur la toile les sites dits « anti-fascistes » qui se caractérisent par leur volonté de démasquer et cataloguer les « rouges-bruns » ou autres idéologues d’extrême droite. Le parti pris sous-jacent de ces sites consiste à affirmer qu’aujourd’hui l’extrême droite et la menace « fasciste » se présenteraient sous les traits idéologiques de l’extrême gauche traditionnelle, d’où l’appellation de « rouge-brun » qui renvoie dans les faits à un agglomérat de traits idéologiques issus de l’extrême gauche traditionnelle et de l’extrême droite raciste.

Lire la suite